L’eau du corps – L’eau des larmes

Pleurer… un tabou encore pour beaucoup d’entre nous. Même seul(e), on s’autorise rarement à pleurer. Parce qu’il faut être fort et que ça paraît être une faiblesse ?

Pourtant quand on s’autorise à pleurer s’ensuit le plus souvent une bénéfique sensation de légèreté.

Alors pleurer, oui ou non ?
Et si nous posions la question différemment : pourquoi notre corps est-il conçu pour pouvoir pleurer ? Il n’est pas du style à être agrémenté de gadgets inutiles, donc si c’est là, il doit y avoir une raison 🤔

Selon la définition du Larousse, pleurer c’est « avoir des larmes qui s’échappent des yeux ».
Donc pleurer c’est un fluide qui s’évacue du corps. Comme le pipi et le caca alors ??? Ça ne nous viendrait pas à l’idée de nous empêcher d’aller aux toilettes, et on sait que c’est plutôt source d’infection et de complications qui peuvent être médicalement graves.
Tous ce que notre corps évacue a une fonction de nettoyage : l’urine, les scelles, mais aussi la transpiration contribuent à l’évacuation de déchets physiques produits par notre corps. Lors de la respiration aussi on évacue un déchet, non palpable celui-là, le gaz carbonique.
Et pour les larmes ?
Ces larmes, si elles permettaient de nous nettoyer sur un plan encore plus subtil ? Si au lieu d’évacuer une matière qui entrave notre corps, elles évacuaient le poids d’une émotion ?

Fait intéressant, la composition des larmes n’est pas la même selon qu’il s’agit de larmes liées à une irritation (poussière, l’oignon que l’on épluche) ou de larmes liées à une émotion.
Ces dernières contiennent plus de protéines, des hormones, et provoquent dans le corps la production d’antalgiques.

Alors oui, il est bon de laisser nos larmes couler. Parce que c’est physiologique. Du plus profond de nous-même venir drainer nos émotions, faire de la place et refaire circuler l’énergie.

Qu’il s’agisse de larmes silencieuses qui coulent l’air de rien ou de gros sanglots qui nous secouent de spasmes, accueillons-les. Même si on ne sait pas d’où elles viennent, même si on ne sait pas quelle émotion lointaine elles évacuent, faisons leur confiance💧

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *